Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Quetigny Environnement

Visite de l'incinérateur du Grand DIJON

13 Mars 2012 , Rédigé par Quetigny Environnement Publié dans #vie de l'association

 

Compte-Rendu de la visite de l’usine d’incinération des déchets ménagers du Grand Dijon

 

 

Mardi 21 février 2012, 16 membres de Quetigny-Environnement, St Apo Environnement et Sennecey ont participé à cette sortie initiée par Quétigny-Environnement.

 

A notre arrivée,

nous avons eu un exposé explicatif sur le fonctionnement de l’usine. Construite en 1974, cette usine permet de traiter les déchets ménagers de 360 000 habitants (70 % de la population de Côte d’Or dans 250 communes), les déchets ménagers des autres communes sont enfouis dans des décharges. De plus, une chaîne permet de traiter les déchets d’activités de soins à risques infectieux (en provenance d’hôpitaux, cliniques, etc.), ce qui évite le transport des déchets dans la Région Parisienne.

 

La fonction de cette usine est de brûler les déchets le plus proprement possible :

- traiter et dépolluer les fumées,

- récupérer et neutraliser les cendres

- trier et valoriser les mâchefers

 

En 2010, 130 000 tonnes de déchets ont été incinérées.

 

Au fil des années, cette usine a été améliorée afin de limiter la pollution (fumées contenant des poussières, gaz acides contenant des dioxines et de métaux lourds). Le souci de la Communauté d’agglomération a été de mettre cet équipement industriel aux normes européennes :

- 1998 : un rajout de laveur de fumées

- 2002 : remplacement des fours et chaudières

- 2004 : mise en place des destructions catalytiques des dioxines et oxydes d’azote

- 2006 : une centrale de production d’électricité permet l’autonomie de l’usine et la revente à EDF de 80 % de la production. L’électricité ainsi produite équivaut à la consommation d’une ville de 25 000 habitants.

 

La DREAL surveille le site pour éviter que des produits polluants et notamment cancérigènes soient rejetés dans l’atmosphère.

 

Dans un deuxième temps,

nous avons visité l’usine. Deux fours, pouvant incinérer 20 tonnes de déchets à l’heure à une température supérieure à 1000 degrés, fonctionnent 24/24h en mode automatique.

Sur le site, une trentaine d’agents s’occupent de l’exploitation et de la maintenance. Deux opérateurs, en salle de commande, dirigent le fonctionnement des deux chaînes de traitement.

 

Rien ne se perd .......

- Les mâchefers, matériaux minéraux et métaux, récupérés à la sortie du four (250 Kg par tonne de déchets), sont exploités jusqu’au bout. On en extrait des métaux recyclés en sidérurgie, et le reste, les graves de mâchefer, est utilisé pour des terrassements en travaux publics (sous-couche du Zénith, tramway, etc.). Avant d’être utilisés, ils « maturent » six mois et sont analysés régulièrement.

 

- Les fumées, refroidies à 240°, sont ensuite traitées pour piéger les fumées résiduelles, les métaux lourds (mercure, plomb, cadmium,…) et les polluants (chlore, fluor, oxyde de soufre,…). Les dioxines et oxydes d’azote sont décomposés dans un catalyseur.


 ....... ou presque

Après incinération, il reste encore les déchets ultimes, essentiellement  les résidus d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères (REFIOMS), qui sont le produit de la neutralisation des gaz acides et polluants par des réactifs comme la chaux ou le bicarbonate de sodium. Ils sont très toxiques. Ils sont enfouis dans une décharge près de Drambon (25 Km à l’est de Dijon). 

Ils comprennent essentiellement : les cendres volantes, les résidus de neutralisation des fumées, les gâteaux de filtration des eaux de lavage des fumées, les cendres sous chaudière. Ils sont traités par solidification, par liants hydrauliques, ou par vitrification.

Les fumées dépolluées éjectées par les cheminées, contiennent encore du CO2 et des polluants, même si leur teneur est inférieure aux normes en vigueur.


Cette visite, très intéressante, nous a permis de voir concrètement un exemple de traitement des déchets non recyclés avec production d’électricité sans énergie fossile et sans nucléaire. Mais pas sans déchets !

 

RM

 

Partager cet article

Commenter cet article