Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Quetigny Environnement

Notre dame des Landes : feu vert et carton rouge !

25 Janvier 2014 , Rédigé par Quetigny Environnement

Le 20 décembre dernier, le préfet de Loire Atlantique a signé quatre arrêtés autorisant la destruction des espèces protégées dans la zone prévue pour la construction de l’aéroport de NDDL, donnant ainsi le feu vert au démarrage des travaux.

Toutefois pas avant le 16 janvier, date à laquelle le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) doit donner un avis concernant la destruction de campagnols aquatiques.

La destruction des espèces protégées de la zone, ne peut se faire, selon la loi française, qu’à condition que le projet :

- soit d’intérêt public majeur et n’ait pas d’alternative possible. Pour que ces conditions soient remplies, la DGAC, qui est juge et partie dans ce dossier, n’a pas hésité à tordre la réalité de manière éhontée, au cours des discussions « bidons » menées depuis le printemps dernier, par exemple :


- en triplant la surface du PEB (plan d’exposition au bruit) pour montrer que l’aménagement de l’aéroport actuel « Nantes-Atlantique » est incompatible avec la zone urbaine nantaise,

- ou encore en exagérant de manière démesurée les coûts d’aménagement nécessaires pour l’extension hypothétique du trafic sur l’aéroport actuel : pour 9 millions de passagers prévus à l’horizon 2060 !!!, la DGAC annonce 825 millions d’euros quant le cabinet d’étude indépendant « Adecs Airinfra », sollicité par les opposants, en prévoit 130 ! Quelle crédibilité accorder à cette DGAC aux ordres quant l’on sait que ses prévisions faites en 2004 faisaient état de 75000 mouvements à l’horizon 2012 pour 47 000 réalisés! C’est la même ficelle, aussi
grosse, que nos responsables politiques bourguignons et Côte d’Oriens avaient utilisée, en 2006, pour justifier le projet « Renaissance ». Projet bidon s’il en fut !

Les contre-expertises produites par les opposants depuis 40 ans ! ont bien montré que ce projet de NDDL était démesuré, inutile et destructeur.


- Ne nuise pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations concernées. Le collectif desnaturalistes en lutte (http://naturalistesenlutte.overblog.com ), créé il y a un an pour effectuer des contre-expertises dans le cadre de ce projet, a mené ses propres inventaires pendant une année. Le résultat est accablant pour les études menées par le cabinet « Biotope », choisi par l’AGO (Vinci) et la DREAL, et sur lesquelles s’appuient les arrêtés préfectoraux : inventaires incomplets de la faune, de la flore et des habitats naturels ; temps insuffisant consacré aux inventaires, nombreuses espèces non identifiées ou même pas recherchées du tout, périodes d’inventaires inadaptées par rapport à certaines espèces, surfaces d’habitats des zones humides sous-estimées, etc. Toutes ces lacunes et faiblesses ont été communiquées à la Préfecture.


- « Ces arrêtés s’appuient sur des études incomplètes et lacunaires. Les avis émis les 9 et 10 avril par le collège des experts scientifiques (créé à la demande du Premier Ministre) et le comité permanent du CNPN (conseil national de la protection de la nature) ont confirmé toutes ces insuffisances et ces aberrations » …
Les compensations écologiques sont obscures et inapplicables. Le transfert des espèces ne concerne que quatre espèces, dont 3 à titre de mesure conservatoire et une seulement à titre compensatoire, et est limité à quelques individus des populations de ces espèces. Fioriture quand on sait que le site accueille plus d’une centaine d’espèces protégées dont des milliers d’individus pour le seul triton marbré » .
Pour la première année de prospection des naturalistes en lutte : 13 espèces nouvelles en Loire-Atlantique identifiées uniquement dans la ZAD et 6 espèces supplémentaires, rares et protégées par la loi, non observées par les porteurs du projet. (communiqué du 28/12/13 - ACIPA (http://acipa.free.fr) et comité d’opposants au projet, à partir du blog « naturalistes en lutte »).

Ces arrêtés seront, bien entendu, contestés en justice. La mobilisation va évidemment continuer pour empêcher à tout prix ce projet démentiel de voir le jour.
Le gouvernement Ayrault se fout éperdument de la biodiversité dans ce dossier, comme dans d’autres… Les députés socialistes au parlement européen ne viennent-ils pas de voter pour l’autorisation de la pêche en eau profonde, qui détruit quantité d’espèces de poissons et ravage les fonds marins à grande échelle ?
Ce gouvernement est sourd, comme les précédents. La seule chose qu’il puisse entendre c’est le rapport de force, la résistance qu’il nous faudra manifester à nouveau en réactivant les comités d’opposants à ce projet, parce que cette lutte est lourde d’avenir. L’abandon de ce projet signifierait un tournant majeur dans la mobilisation citoyenne contre les grands projets inutiles, pour la construction d’une autre société et pour la démocratie.
Nous avons été partie prenante de cette mobilisation il y a un an au sein du comité NDDL de Dijon. A l’époque, l’émergence, en quelques semaines, de 200 comités de soutien sur le territoire national, n’avait pas été pour rien dans l’arrêt momentané de la mise en œuvre de ce projet. L’année 2014 doit être celle de son enterrement ! Le 22 février sera le premier rendez-vous de mobilisation à l’échelle nationale et locale.


R.Maguet

Partager cet article

Commenter cet article